Loading

L'histoire de la marque



Telles des oeuvres d’art, les créations Gratianne Bascans sont réalisées en quantité limitée, chacune étant numérotée. Posséder un modèle Bascans, c’est entrer dans un cercle de privilégiés, attachés à l’excellence du savoir-faire français.

C’est en 1830 aux pieds des Pyrénées, dans la ville de Mauléon (Pays Basque) qu’Alexis Bascans dès l’âge de 13 ans crée ses premières espadrilles. Grâce à Rosalie qu’il épouse en 1841, le petit atelier de sandales se développe. De génération en génération, le savoir-faire de la famille se transmet. En 1895, le petit-fils Alexis, deuxième du nom, s’installe à Oloron-Sainte-Marie (Béarn) où il épouse Marie Périssé qui, à elle seule, transforme le petit atelier en une entreprise prospère. En 1922, leur fille Jeanne rencontre Paul Soumireu-Lartigue à la tête des Tissages Lartigue créés en 1910. Leur union permettra à l’entreprise de se diversifier. Rosalie, Marie et Jeanne feront preuve d’un courage et d’une audace peu commune pour leur époque. En dignes héritières de celles-ci, Gratianne et sa fille Amandine entendent perpétuer la tradition familiale.

L’histoire de la famille débute dans le Pays Basque à Mauléon en 1830, puis se poursuit au Béarn et dans la ville d’Oloron-Sainte-Marie où l’entreprise familiale prend son envol. Cette région du Sud-Ouest de la France riche en paysages, couleurs et traditions fut la source d’inspiration de nombreux artistes dont le célèbre peintre Edouard Manet. Il installera sa famille à Oloron-Sainte-Marie, berceau des Bascans et peindra un tableau représentant la galerie d’une de leurs demeures. Gratianne après être devenue une parisienne accomplie, garde des liens affectifs avec le Pays Basque et le Béarn. Avec cette célèbre phrase de Victor Hugo, « On naît basque, on parle basque, on vit basque et on meurt basque », on comprend mieux l’attachement profond de Gratianne pour cette région. C’est pourquoi, Gratianne et sa fille Amandine, « expatriées » à Paris et très influencées par le chic parisien, ne pouvaient concevoir leurs créations sans s’inspirer de ces origines.